X
GO
Un projet innovant au service de l'agriculture
Annelien Tack
/ Categories: Publicaties

Un projet innovant au service de l'agriculture

Ecopad, projet Européen Interreg V

Quand sept partenaires français et belges travaillent sur des problématiques communes, c’est pour mutualiser les moyens et mettre le fruit de leurs recherches au service de tous les acteurs d’une filière. Un point d’étape était organisé à la FREDON Nord – Pas-de-Calais à Loos-en-Gohelle. Explications.

Dans Ie cadre du  projet  européen Interreg V «Ecopad», sept partenaires complémen­ taires  travaillent au  développement d'une plate-forme inédite de collaboration transfrontalière pour Ie maraîchage et les lé­gumes d'industrie.

«Ce projet  viseau déve/oppement de la col­loboration transfrontalière franco-belge en matière de recherche et déve/oppement dans Ie domaine de l'agro-écologie et de la proteetion intégrée (PI) ou 'integrated  pest management'  (IPM). Il concerne la Flandre et la Wallonie pour le versant belge et la ré­gion Hauts-de-France pour Ie versant  fran­çais)», présente Sandrine Oste, directrice ad­ jointe de la FREDON Nord - Pas-de-Calais. Dans ce cadre, Ie PCG  (Provinciaal Proef­centrum voor de Groenteteelt Oost-VIaanderen VZW), la FREDON Nord - Pas-de-Calais (Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles) , Ie PLRN (Póle légumes région Nord),  la  chambre d'agriculture du Nord  - Pas-de-Calais,  I'UNILET  (lnterpro­ fession des légumes en conserve & surgelés), Ie CARAH (Centre pour l'agronomie et l'agro-industrie de la province du Hainaut) et I'INAGRO (Innovatief en duurzaam agrarisch ondernemen) travaillent ensemble. Un bud­ get de 1 ,3 million d'euros, dont 50% financés par Ie FEDER, a été alloué à ce projet sur la période 2016-2020.

Derrière Ecopad, plusieurs objectifs. D'abord, «à travers ce projet, faire travailler ensemble des  régions françaises et belges et, en quelque sorte, effacer les frontières», explique Sandrine Oste. Deuxième objectif: associer des compétences communes tout en valorisant les richesses de choque région. «Les problèrnes sant  communs de part et d'autre de la frontière. Le fait de travailler à plusieurs permet d'apporter plus rapidement des solutions.»

Des avancées significatieves

Une démonstration étant plus pariante qu'un long  discours, la visite des laboratoires de la FREDON à Loos-en-Gohelle a permis de comprendre les tenants et les aboutissants des recherches menées dans Ie cadre de cette coopération transfrontalière. Ecopad repose sur Ie  développement de l'agro-écologie, qui vise à concevoir des sys­tèmes de cultures plus économes en produits phytopharmaceutiques, grâce à I'utilisation de méthodes naturelles. «L'aménagement  de l' en­vironnement des parcelles  avec des  planfes  fa­vorables aux insectes utiles est une des solutions étudiées», souligne Sandrine Oste.

Ecopad s'intéresse à ce que  l'on qualifie de protéction intégrée selon trois principes : la prévention, l'observation et la lutte. La prévention consiste à développer des nouvelles références et des techniques innovantes sur l'intercropping, la gestion des déchets, évaluer l'intérêt d' es­pèces végétales introduites dans les espaces agricoles pour favoriser la biodiversité, identifier des tolérances ou résistances variétales.

Au chapitre observation, Ecopad développe des méthodes de  détection des ravag-eurs et  valide des modèles de prévision des risques.

Enfin, lorsqu'il  s'agit de lutte, les acteurs du pro­jet identifient et évaluent des méthodes de lutte physique, des substances naturelles et des agents biologiques. L'efficacité de ces différentes tech­niques sera testée en laboratoire et/ou sur Ie ter­rain, avec pour objectif de foeiliter la ditfusion et l'utilisation de ces nouvelles solutions par les pro­ducteurs. Actuellement, des travaux  sont menés sur la  drosophile à ailes tachetées qui attaque les cultures de fraises ou la chenille des choux, un lluisible des cultures maraîchères.

«Dans Ie cadre de notre coopération transfronta­lière, nous créons régulièrement des rendez-vous, argonisons  des visites sur des exploitations et édi­ tons des fiches techniques», conclut la directrice adjointe de la FREDON Nord - Pas-de-Calais. Un classeur dédié à la drosophile a d'ores et déjà été édité. Lors de leur dernière rencontre, les par­ tenaires ont visité une  fraiseraie et fait un point sur les études sous conditions contrólées réalisées dans les laboratoires de la FREDON.

Cugier Guillaume, 

Previous Article ECOPAD, un projet d'expérimentation franco-belge
Next Article Eerste jaar strokenteelt wortel - ui toont de mogelijkheden van intercropping aan
Print
1531 Rate this article:
No rating

Documents to download

Please login or register to post comments.

Theme picker